Une belle semaine à Lisbonne et ses environs : du 6 au 13 juin 2016

Ce fut effectivement une belle parenthèse entre nos pluies d’avril/mai/juin, avec une tempête de ciel bleu et sous le chaud soleil lisboète. La bonne humeur communicative de notre groupe a été notre fil conducteur, nous permettant même de relativiser les heurs et malheurs rencontrés.

Quelques exemples : un bus en kit, s’allégeant chaque jour d’un morceau de pneu ou de plastique, avec une sono et une climatisation aléatoires. Heureusement Paolo, notre chauffeur, assurait imperturbablement, toujours au service de ces dames. Une panne de four dans un restaurant « typique » de Lisbonne ? Et tout le groupe de chanter en coopération avec un groupe alsacien également victime de la panne. Un service restauration de notre hôtel assez hésitant lors des premiers diners ? Nous avons pris le relais, sans aller toutefois jusqu’à la plonge (nous aurions peut-être dû pour avoir des assiettes !).

Dommage car l’hôtel INGLATERRA qui hébergeait notre joyeuse bande était très agréable, à proximité des plages d’Estoril et avec sa piscine à « débordements » (tournage de film publicitaire une journée). N’oublions pas son jardin d’enfants reconverti l’espace de deux soirs en open bar pour cause d’anniversaire et de fête.

Ne faites pas le lien entre ces fiestas et les quelques incidents individuels –heureusement sans gravité- rencontrés au cours de notre séjour : un « sauvetage » en piscine par un maitre-nageur improvisé, mais la victime n’était pas réellement en péril. Une chute dans la rivière de deux lits pas assez jumelés. Un double salto dans une baignoire avec belle récupération au rideau. Et moins drôle, la visite d’un sac par un pickpocket –incident qui a laissé de marbre notre guide, par ailleurs très à l’aise dans notre langue et professionnelle pour ce qui est des commentaires sur l’histoire, le patrimoine et l’actualité de Lisbonne et du Portugal.

Car il y avait à voir et à commenter lors des visites que nous avons faites à Lisbonne et ses environs, chaque jour au départ de notre hôtel (le choix d’un séjour « rayonnant », plutôt que circulaire avec changements d’hôtels, a fait l’unanimité). Sans prétendre à l’exhaustivité – chacun a ses propres préférences et goûts- nous pouvons citer :

-          Sintra qui fut la résidence d’été préférée des rois du Portugal jusqu’en 1910, date à laquelle la république remplaça la monarchie. Le Palais Royal est un extraordinaire assemblage d’architecture, de décoration (azulejos des 15° et 16° siècles) et de mobiliers maures et manuélins. A proximité de Sintra, nous avons foulé le sol du Cabo da Roca, le point le plus occidental du continent européen et son « trou du diable »

-          L’abbaye cistercienne d’Alcobaça (gisants du roi PEDRO et de Inès sa bien-aimée…qu’il fit décapiter pour cause de jalousie). Puis le village de pêcheurs de Nazaré où d’excellentes daurades grillées nous donnèrent les forces nécessaires pour grimper…par le funiculaire au Sitio (la falaise qui domine le village) avec vue magnifique sur l’Atlantique. Et aussi le petit village-conservatoire d’Obidos (nom qui vient du latin oppidum, qui atteste du passage des Romains) avec ses fortifications. Et notre fortifiant : la Ginginha, liqueur de cerise servie dans une coupelle en pur chocolat sucrée à souhait. Mais nous le savons désormais, les Portugais ont le bec sucré depuis qu’ils sont tombés dans la canne à sucre avec leurs explorateurs, dont le vénéré Vasco de Gama.

-          Evora : autre village conservatoire, à commencer par le temple de Diane, puis sa cathédrale longue de 70 mètres et l’église mitoyenne de Saint-François, qui glace les os : souvenez-vous de l’inscription au fronton de l’église, parée en ossements humains, « nos ossements attendent les vôtres ».Ames sensibles, passez votre chemin !

-          L’atelier de fabrication d’azulejos d’Azeitano où l’un d’entre nous (il se reconnaitra) s’est essayé à la transformation d’argile en carreau brut. De quoi lester quelques valises, en complément du Porto. Dans le même petit village, nous avons gouté les vins locaux dont le Moscatel, vin sucré au possible. Seul souvenir ramené du caveau (situé au deuxième étage !) : une belle bosse au front de C…..qui a percuté un panneau d’information mal placé. Et c’était avant la « dégustation ».

Cette ville

-          LISBONNE : capitale du Portugal, pleine d’histoire et d’animation que nous avons parcourue des rives du Tage – la Tour de Belém, le monument des découvertes dédié aux navigateurs, explorateurs dont Vasco de Gama dont la gloire est déclinée en rues, avenues, boulevards, ronds-points…et surtout en le monastère des Jeronimos (pas les indiens mais Saint Jérôme) aux vieux quartiers de la ville avec ses ruelles étroites et toutes en virages –ca grimpe sec !- Nous avons eu droit aussi au marché aux puces du quartier de l’Alfama Et après un repas dans une taverne en étages nous permettant de gouter à la Bacalhau –la morue), poisson national décliné en multiples variantes culinaires, nous avons assisté aux préparatifs de la fête de la ville des Lisbonne (le 13 octobre), qui succède elle-même à la fête nationale du Portugal (le 10 juin…même jour que France/ Roumanie,2-1, pour les amateurs de Futubale) et la Saint Antoine (le 11 juin) et la Saint Guy (le 12).

LISBONNE TOUT EN FESTIVITES ET NOUS AUSSI. UN BEAU VOYAGE PROPOSE PAR C2V AVEC LA COMPLICITE DE JACQUELINE ET GUY QUE NOUS REMERCIONS TOUS.

 

Les cinquante heureux participants.

QUELQUES CITATIONS :

Lisbonne reste cette ville dont les charmes et les couleurs ne s’étalonnent sur aucune autre.

L’Alfama est le quartier le plus pittoresque et plus symbolique de la ville, dernier refuge du Lisbonne populaire, reconstruit après le terrible tremblement de terre de 1755.

Mentions légales Copyright ©   2011-2019  Section Informatique Retraités BNPP Moselle ®  Designed by DEFI-SITES ® Tous droits réservés Politique de confidentialité

Ce site utilise des cookies pour gérer l'authentification, la navigation et nos statistiques internes. Acceptez-vous que nous puissions placer ce type de cookies sur votre appareil?